Les fondateurs de l'ADMC :

deux pianistes,Thierry VATON et Georges GRANVILLE

Thierry Vaton

  

C’est en Martinique que ce musicien, au style puissant et à la technicité accomplie, dévoile sa passion dès 1972.

 

Issu d’une famille de mélomanes, il n’a pas à proprement parlé d’instrument de prédilection, car de la batterie à la flûte traversière, il se destine au piano.

 

Cherchant à étendre son horizon musical, il décide dès l’âge de 16 ans de poursuivre des études afin de se professionnaliser.

 

Arrivé à Paris, il intègre le conservatoire de musique du 8ème arrondissement et continue ses études de 1984 à 1987, à l’American School of Modern Music de Paris.

 

Thierry fait ses débuts de scène à la fin des années 80 dans plusieurs formations tels Eliktara, Gazoline…entre autres.

En 1987, l’artiste DD St Prix l’invite à réaliser ses premiers arrangements sur l’album « Lerdou » ; en 1988, Joel Filin lui permet sur l’album « Just Liquid » de présenter ses compositions ; il devient ainsi l’un des musiciens en vogue du moment et poursuit son ascension. Au début des années 90, il est régulièrement assailli pour accompagner des groupes et artistes à  travers le monde tels que : Kaoma, Kassav’, Angélique Kidjo, La Compagnie Créole, DD St Prix…etc.

 

Fin des années 90 à aujourd’hui, il collabore avec Philippe Lavil, Dany Brillant, Patrick St Eloi, Mory Kanté, Miriam Makeba, Ralph Thamar, Jean Philippe Marthely… Avec Tony Chasseur, il crée et réalise MizikOpéyi : le premier Big Band de musique antillaise contemporaine.

 

Tel son modèle Quincy Jones, Thierry Vaton, pianiste aux notes rebondissantes, fait le choix de mettre son talent d’arrangeur, de compositeur et de réalisateur au service des styles et des cultures les plus diverses.

Son langage musical combine les rythmes de son héritage caribéen, mêlés aux influences musicales récoltées par ses multiples échanges et ses divers voyages.

 

En véritable chef d’orchestre, il encadre, dirige à la perfection un nombre incalculable de concerts ou d’enregistrements studio. Ajoutons à l'indéniable talent de cet instrumentiste, ses qualités humaines, sa dose d'humour et de réalisme, sa grande simplicité qui est d'ailleurs un contrepoids idéal aux joies fugaces et aux tracas chroniques de cette vie de bohème.

  

Georges Granville

  

C’est à l’âge de 15 ans, lors d’un voyage, que Georges s’apprivoise l’instrument qu’il ne quittera plus. De retour en Martinique, il suit des cours de piano classique durant 2 ans afin de se familiariser et se perfectionner.

 

Au début des années 90, parti poursuivre des études et son service militaire, il revient sur son île. Sa rencontre avec Olivier Jean-Alphonse sera déterminante.

C’est à cet instant qu’il enchainera les prestations scéniques en accompagnant le groupe Théorème dont Olivier fait partie, mais aussi les artistes Eric Virgal, Pier Rosier, DD St Prix, de 1994 à 1997.

 

Fort de ses influences pianistiques comme Alain Jean Marie, Marius Cultier et Keith Jarrett, il intègre en 1997 la Bill Evans Academy à Paris pour une durée de 3 ans, école axée sur l’improvisation et qui pérennise la culture du jazz.

 

 

 

Depuis cette période, Georges ne cesse de parcourir les scènes nationales et internationales avec des artistes tels que : DD St Prix, Beethova Obas, Bélo, John Ellison, Tony Allen, Gérard Mendès, Zouk machine, Tony Chasseur, Kali, Denise Reis… Il signe quelques collaborations albums avec Yannick Cabrion, Tanya St Val, DD St Prix entre autres.

 

Depuis 2002 il enseigne le piano à l’Institut de Culture Musicale.

Avec une technique sûre, douce, énergique et variée à la fois, Georges s’affirme en toute discrétion comme un pianiste à la générosité mélodique, la finesse harmonique, ce qui fait de lui l’un des instrumentistes reconnus et sollicités.

©2015 by Clyde Bah.

  • Facebook Social Icon
  • Instagram
  • Gazouillement
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now